09 :45 / Coaching / 0 Commentaire(s)

Chers amis lecteurs,

Février se termine et emporte avec lui la magie de la Saint Valentin… (il n’ y avait pas foot ce soir là ??)….

Ah l’amour ! Sujet délicat, tortueux, inspirant la plupart du temps, désespérant parfois.

Dans la relation amoureuse beaucoup de choses se jouent à notre insu et  selon notre vécu et notre référence parentale nous pouvons reproduire des schémas de fonctionnement qui nous emprisonnent;

Du coup, nous sommes pauvres de nous-même ! Eloignés de notre unicité, nous demandons à l’autre d’être le garant de notre valeur. En démissionnant ainsi de nous-même, nous offrons à l’autre la possibilité de prendre un pouvoir sur nous. Mais ce jeu du dominant/dominé (bourreau/victime) ne dure qu’un temps et peut aussi se retourner. Alors c’est la révolte et le conflit;

Alors qu’il nous faudrait commencer par nous poser cette question: “quelle est ma part de responsabilité et que dois-je comprendre de cette situation ?

Nous sommes tous des êtres habités de paradoxes : l’enfant/l’adulte, le Yin (féminin) / le Yang (masculin), le bien/le mal, la force/la fragilité, le courage/la faiblesse….

Commençons par soigner nos blessures intérieures et reconnecter notre âme; apprenons à nous aimer et à nous estimer, rencontrons nos besoins et nos limites;

Travaillons pour faire évoluer notre perception de nous-même et de notre environnement; soyons plus positifs, regardons notre lumière intérieure et vivons avec l’enthousiasme d’un enfant.

Nous portons tous la responsabilité d’aller bien ou mieux et par conséquence de rendre le monde meilleur;

Paule Salomon, dans son livre “La Sainte Folie du couple” à écrit : “la relation entre les hommes et les femmes est le ciment de la société et plus largement des civilisations”; ….Arrêtons de dire: “les hommes sont comme ça…les femmes sont comme ça…” ; Nous ne devons plus faire les uns contre les autres mais les uns avec les autres; Expérimentons “la coopération”.

Soyons l’inventeur de notre “Je” pour pouvoir ensuite créer un “Nous” à notre image et construire une oeuvre commune qui nous apporterait de la satisfaction. Assumons notre unité avec ses paradoxes et accueillons l’autre avec ces mêmes bagages. C’est seulement ainsi que nous pourrons nous relier à l’autre sexe et le contempler dans la profonde compréhension de sa nature avec amour, tendresse et soutient.

Et pour reprendre le lien avec votre partenaire, vous pouvez pratiquer chaque semaine, ce petit exercice : choisissez un endroit calme et chaleureux et asseyez-vous face à face de façon rapprochée; Puis, sans échanger de paroles, plongez dans le regard de l’autre durant 5mn. Ne dit-on pas que les yeux sont la fenêtre de l’âme ?

A travers le temps, les époques, le couple est perpétuellement à redéfinir; Et ce n’est pas une fête annuelle du 14 février qui suffira. Plutôt un engagement quotidien,  individuel et conscient de communier avec une autre personne que soi-même et de s’ouvrir en confiance à plus d’entraides et de compréhensions.

Ce n’est pas facile tous les jours, mais l’avenir du couple est à ce prix. Dans l’union de nos forces et de nos faiblesses réciproques: “Je t’aime, même si peu, même si mal même si je ne sais pas aimer” (Paule Salomon).

Et si je reconnais et honore le meilleur en moi alors je peux reconnaitre et honorer le meilleur en l’autre;  C’est ainsi que l’amour devient divin….

Dans l’énergie du coeur,

Florence

 

 

 

09septembre
Florence Blanchard / Infos / 0 Commentaire(s)

Leave a reply